Aller au contenu principal
Retour
Publications

Communications CMAQ

Amour et humilité face à la versatilité des matières

Entrevue CMAQ avec Kathy Ouellette

Photos > Agence ICONE

Capitale nationale

 

Kathy Ouellette  — Mosaïste-céramiste. Kathy, merci d'avoir arrêté le temps et d'avoir accepté de te prêter au jeu de l'entrevue Matière à réflexion. Ici, pas de règles, pas de réponses justes. Ici, on passe de la confidence au ludique, du savoir au faire… des contrastes à la lumière… À toi de jouer, allons-y! 

Image
Matière à réflexion avec Kathy Ouellette céramiste de formation et membre CMAQ Montréal

Ta matière, la céramique, pourquoi ?

J'ai choisi la céramique un peu par hasard à la fin des années 90. Je terminais un Bac en Arts visuels à l'Université Laval et je voulais développer mon expertise avec un médium en particulier. Je souhaitais travailler le métal, mais le hasard en a voulu autrement. Le programme technique en joaillerie était contingenté et il n'y avait plus de place pour des inscriptions tardives. J'ai pris une chance en m'inscrivant en céramique et je suis littéralement tombée amoureuse de cette matière. Je l'aime tout autant aujourd'hui, mais j'intègre de plus en plus d'autres médiums comme le métal et le textile dans mes œuvres.

Image
Matière à réflexion avec Kathy Ouellette céramiste de formation et membre CMAQ Montréal

Elle évoque quoi, elle t’inspire quoi, quel est ton lien avec elle ?  

La céramique m'en fait voir de toutes couleurs! Elle est comme une meilleure amie. Elle écoute toutes mes réflexions, des plus profondes aux plus insignifiantes. Elle me subit et je la subis aussi. Parfois nous formons un tandem hors pair. Nous nous comprenons et dansons au même rythme. Mais, il y a des moments où elle est très têtue et me rappelle que je ne suis le maître de rien. Il faut rester très humble devant cette matière. Elle a la mémoire très longue…

Plus concrètement, ce que j’aime particulièrement de la céramique c’est qu’elle change constamment de texture ce qui m’oblige à ajuster mes techniques de travail. On peut autant travailler l’argile en addition que par soustraction. Il faut rester à l’affut des moindres changements et poser le bon geste au bon moment. Cette multitude de changements est pour moi un défi très stimulant.

Image
Matière à réflexion avec Kathy Ouellette céramiste de formation et membre CMAQ Montréal

 

Peux-tu élaborer sur le chant de tes glaçures dans une de tes dernières collections ?

En 2015, j’ai mis au point une glaçure Snowflake. C’est une glaçure craquelée très épaisses généralement appliquée sur une argile foncée. La glaçure craque en formant ce qu’on appelle des « écailles de tortue » en surface, mais également tout au long de l’épaisseur de la glaçure. Ce qui donne beaucoup de profondeur et de richesse à la glaçure. On dirait de la glace sur un étang gelé.

Lorsque les pièces sortent du four, elles ne sont pas craquelées. Les craquelures se forment au refroidissement. Doucement, on entend un, puis deux, trois petits sons de verre brisé. Chaque tintement est une craque qui se forme. Rapidement, des centaines, voire des milliers de craques se forment. C’est alors que la glaçure « chante ». Des milliers de petits tintements de verre qui s’entrechoquent.

Image
Matière à réflexion avec Kathy Ouellette céramiste de formation et membre CMAQ Montréal

Mais au fait, que t’inspire l’expression « le chant de la sirène » ?

Une arme à la fois douce et cruelle.

 

Comment expliquerais-tu ton métier d’artiste céramiste à un enfant ? 

Je bricole toutes les images qu’il y a dans ma tête avec de l’argile molle, un peu comme de la pâte à modeler. C’est un métier très cool parce que tu as le droit être toujours sale!

Image
Matière à réflexion avec Kathy Ouellette céramiste de formation et membre CMAQ Montréal

Dans la vie, es-tu plus « comme un éléphant dans un magasin de porcelaine » ou « salon de thé »? 

Je suis les deux! Je suis donc un éléphant dans un salon de thé!!

J’ai de longs moments, surtout en atelier, où je suis très douce, délicate et concentrée. J’ai besoin d’être très en phase avec moi-même, en total conscience de mes émotions et de mon environnement. Ce sont des moments très nourrissants intérieurement et très satisfaisants.

Par contre, quand je suis dans des évènements publics, quand j’enseigne ou que je donne des conférences, je me mets dans un rôle de représentation et je suis plus extravertie. J’aime sortir de mon atelier, rencontrer des gens, apprendre de nouvelles techniques, de nouvelles visions de la création. Ce sont également des moments très enrichissants.

Image
Matière à réflexion avec Kathy Ouellette céramiste de formation et membre CMAQ Montréal

Et ... ton amour du textile dans ta démarche d’œuvres d’expression?  

J’ai toujours aimé plusieurs médiums. Mais comme ma spécialité est la céramique, je ne m’autorisais pas à intégrer des matériaux que je ne maîtrisais pas complètement dans mes œuvres. Plus je vieillie, plus j’assume mes choix et mes aspirations. Je choisi le médium avec lequel je vais travailler en fonction de l’œuvre. Il y a beaucoup de céramique dans mes œuvres, mais je ne suis pas que cela.

 

La pièce ou l’expression ?  

Beaucoup plus souvent l’expression.

Image
Matière à réflexion avec Kathy Ouellette céramiste de formation et membre CMAQ Montréal

Tu as en tête une escapade … Tu nous fais découvrir quels métiers d’art et dans quelle région ?  

J’adore les Îles de la Madeleine! On y retrouve beaucoup d’artistes et d’artisans très talentueux dont Annie-Cécile Tremblay et Patrick Leblond, deux céramistes de renom et des amis. Mais j’aimerais également vous faire découvrir Claude Bourque sculpteur dinandier. Il travaille les os et le cuivre. Vous devriez l’écouter vous raconter comment il peut sculpter une vertèbre de baleine! Sa démarche créative allie une très grande connaissance de la faune marine, un profond respect de la nature et un amour de la matière.

 

La dernière chose que tu viens d’apprendre ? 

J’ai appris et j’apprends encore à ne pas tomber dans mes propres pièges.

Image
Matière à réflexion avec Kathy Ouellette céramiste de formation et membre CMAQ Montréal

Boomerang! À qui lances-tu l'invitation pour notre prochaine entrevue et pourquoi ?

Je souhaite inviter Marie-Eve Castonguay comme prochaine artiste. C’est une joaillière de grand talent, une commissaire d’exposition étonnante et une femme remarquable. Ses œuvres sont le résultat un métissage de papier et métal, travaillées avec beaucoup de précision et de délicatesse. 

 

Psst : quelques-unes des œuvres présentées dans cet article font partie de la 3e édition de la Triennale en métiers d'art, l'Éloge du fil. Posée en ce moment au Centre Materia à Québec, cette magnifique exposition va terminer son parcours en décembre à Montréal. Restez à l'affût!
céramique
textile
verre
métal
joaillerie
membre CMAQ
ensemble artisans
La troisième édition de la Triennale
Triennale en métiers d’art